“Si” ou “Oui”

Image par Engin Akyurt de Pixabay

“Si” ou “Oui”

Quand on te pose une question et que tu veux répondre de manière positive, les mots possibles sont : « si » et « oui ». Mais, lequel dois-tu utiliser ? Dois-tu répondre « si » ou « oui » ?

La réponse à cette question est en vérité très simple et tient en une seule ligne mais, pas de panique, je vais tout de même te le détailler.

  • Utilisation

Si : réponse positive à question négative
Oui : réponse positive à une question positive

 Exemple :

Tu veux du pain (= question positive) ⇒ Oui, jeux veux du pain.
Tu ne veux pas de pain ? (= question négative) ⇒ Si, je veux du pain.

  • Questions négatives & questions positives

Les questions négatives

Une question négative est formée à l’aide d’une négation :

  • Tu ne veux pas de pain ?
  • Il ne boit jamais de café ?
  • Nous ne chantons plus?

Utilisation

On utilise les questions négatives pour :

♦ Pour encourager quelqu’un à accepter la demande.
♦ Pour poser une question rhétorique

a) Encourager quelqu’un à accepter la demande

Imagine que tu invites un ami à dîner et qu’il reste un petit morceau de pain. Toi, tu n’as plus faim et tu ne veux pas le manger mais, tu sais que si personne ne le mange, tu vas devoir le jeter. Il te reste alors, une solution pour éviter à ce pain d’aller à la poubelle, que ton inviter mange le bout de pain qu’il reste. Tu vas donc devoir encourager ton ami à manger ce pain et, pour cela, tu vas lui poser une question « interro-négative » : « Tu ne veux pas de pain ? ». Avec cette question, ton invité va immédiatement comprendre que ton intention est qu’il réponde oui à la question.

Autre situation possible, tu es avec tes frères et sœurs et tu as très envie d’aller voir un film au cinéma. Tu vas alors leur demander s’ils veulent aller au cinéma en utilisant encore une fois, une question « interro-négative » : « Vous ne voulez pas aller au cinéma ? ». Tes frères et sœurs vont alors comprendre que tu as très envie d’aller au cinéma mais, que tu ne veux pas y aller seule.

b) Pour poser une question rhétorique

Qu’est-ce qu’une question rhétorique ?
Une question rhétorique est une question pour laquelle on n’attend pas de réponse. La réponse est cachée dans la question.

Une nouvelle fois, imagine une situation. Tu vois ton mari ou ta femme finir la bouteille de jus d’orange et ouvrir le réfrigérateur pour la ranger dedans. Tu vas alors lui dire « Tu ne vois pas que la bouteille est vide ? ». Avec cette question, votre mari va comprendre qu’il doit mettre la bouteille à la poubelle et non dans le réfrigérateur.

Deuxième situation, tes enfants jouent à des jeux vidéo et tu vois qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs. Pourtant, ils savent que les jeux vidéo c’est après les devoirs. Tu ne vas pas leur faire de reproches ni leur crier dessus. Tu vas simplement poser une question « interro-négative » : « Vous n’avez pas fait vos devoirs ». Avec cette question, tes enfants vont comprendre qu’ils doivent aller faire leurs devoirs car sinon, ils vont être punis.

c) Pourquoi utiliser les questions “interro-négatives ?”

  • Utiliser une question « interro-négative » permet de faire des phrases beaucoup plus courtes, d’aller directement à l’essentielle sans donner de grandes explications. Si tu utilises des questions positives, l’impact sur la ou personnes ne sera pas le même. Ce ne sera pas le même message qui sera envoyé.
  • Quand on utilise une forme négative pour la question, on influence la réponse de l’autre. Si on reprend l’exemple du pain, peut-être que la personne n’a pas faim mais comme elle sait que tu veux une réponse positive elle va dire « si ». Le fait de connaître ton intention va la pousser à répondre de manière positive.

Les questions positives

On utilise les questions positives pour connaître l’avis de la personne à qui on pose une question. On ne cherche pas une réponse positive ou négative mais, on veut seulement savoir ce que pense la personne.

Je vais reprendre l’exemple du pain, si tu demandes à ton ami : « Tu veux du pain ? ». Ton ami va simplement te répondre « oui » ou « non ». Sa réponse exprimera son envie et non la réponse que tu souhaites entendre car sans négation dans la question, tu n’expliques pas à ton ami que tu souhaites qu’elle mange le pain.

  • Pourquoi répondre « si » à une question “interro-négative” ?

Répondre « si » à une question interro-négative vient casser la négation de la question. Quand on répond « oui » à une question positive, on confirme la demande. Répondre « oui » à la question « Tu veux aller au cinéma ? » confirme le côté positif de la question. Alors que, répondre « oui » à une question interro-négative confirmerait « la négation » de la question ce qui ne veut rien dire puisque la réponse est positive. Le « si » est donc là pour transformer une question négative en réponse positive.

En résumé :


Si = question négative
Oui = question positive


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *